dimanche 5 juin 2016

Nuit des vents du sud








Moi je marche aux côtés de la nuit tendre qui descend,
J'appelle la terre, j'appelle la mer à demi noires.
Vient plus près nuit aux seins nus, plus près magnétique nuit nourricière !
Nuit des vents du sud, nuit des rares grandes étoiles !
Nuit dodelinante, folle nuit d'été nue...

Walt Whitman

dimanche 1 mai 2016

Au bord du monde

,

Elle danse sur son fil, elle danse jusqu'à s'étourdir, se jouant des remous de la vase, des cloportes visqueux qui grouillent en contrebas. Elle n'ignore rien de la fange qui englue le monde quand il est sans amour. Faut pas la prendre pour un canard sauvage. Mais elle préfère regarder vers le haut.
Elle danse en riant, sur ce fil dérisoire qui peut se rompre à chaque instant...
Elle est souvent trop sensible, alors,
elle a appris, peu à peu,  à garder les faiblesses de son cœur pour les êtres qu'elle aime,
et à se protéger des jaloux, des envieux, des baveux, des serpents qui sifflent sur sa tête,  en dissipant leur haleine fétide d'un coup d'éventail. 
L'écran de fumée de leur noirceur d'âme ressemble à une brume de marécage qui s'évanouit aux premiers  rayons du soleil,  comme les vampires devant les gousses d'ail. 

À Chinou

vendredi 1 avril 2016

Fille d'avril



C'est une fille d'avril
Pauvre de moi
Une fille difficile
Elle ne veut pas
Découvrir d'un fil
Tout ce qu'elle a
Ni son coeur, ni son corps
C'est comme ça

Laurent Voulzy

mardi 15 mars 2016

Lune distraite


La lune de ses mains distraites
A laissé choir, du haut de l’air,
Son grand éventail à paillettes
Sur le bleu tapis de la mer.

Pour le ravoir elle se penche
Et tend son beau bras argenté ;
Mais l’éventail fuit sa main blanche,
Par le flot qui passe emporté.

Au gouffre amer pour te le rendre,
Lune, j’irais bien me jeter,
Si tu voulais du ciel descendre,
Au ciel si je pouvais monter !

Théophile Gautier

mercredi 20 janvier 2016

Au nom de la rose



[...]J'ai dans les mains autant de lignes
Que de destins qui me font signe.
Une vie qui file entre mes doigts
Que je ne rattraperai pas.

J'ai sous ma peau autant de tares
Que de délices dans ma mémoire.
Des bouts de moi dont je suis fière
Et d'autres qui restent un mystère.[...]

Rose. «J'ai»

vendredi 25 décembre 2015

Brume légère


Les matins brumeux ou les après-midi 
le soleil se reflète sur l'eau du nord-ouest,
 j'essaie d'imaginer où tu en es dans ta vie, 
ou ce que tu es en train de faire
 pendant que je pense à toi.
Robert James Waller 
(Sur la route de madison) 

mercredi 23 décembre 2015

La colombe


Offrons le globe aux enfants, au moins pour une journée.
Donnons-leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore,
Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.
Offrons le globe aux enfants,
Donnons-leur comme une pomme énorme,
Comme une boule de pain toute chaude,
Qu’une journée au moins ils puissent manger à leur faim.
Offrons le globe aux enfants
Qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,
Les enfants prendront de nos mains le globe
Ils y planteront des arbres immortels.

Nâzim Hikmet (1901-1963)

vendredi 23 octobre 2015

La capeline



Au bord de la mer


Près de la mer, sur un de ces rivages
Où chaque année, avec les doux zéphyrs,
On voit passer les abeilles volages
Qui, bien souvent, n’apportent que soupirs,
Nul ne pouvait résister à leurs charmes,
Nul ne pouvait braver ces yeux vainqueurs
Qui font couler partout beaucoup de larmes
Et qui partout prennent beaucoup de coeurs.[...]
Guy de Maupassant

mercredi 23 septembre 2015

Là-haut



Quand le ciel étoilé couvre notre demeure
Nous nous taisons durant des heures
Devant son feu intense et doux
Pour nous sentir, plus fervemment, émus de nous.

Les grands astres d'argent tracent là-haut leur route ;
Sous les flammes et les lueurs
La nuit étend ses profondeurs
Et le calme est si grand que l'océan l'écoute !

Mais qu'importe que se taise même la mer,
Si dans l'espace immense et clair
Plein d'invisible violence
Nos coeurs battent si fort qu'ils font tout le silence !

Emile Verhaeren